Sommet inter-promotions : récit d’une soirée historique

En marge de la COP26, à Glasgow, les master CNCM ont organisés à Angers une soirée plus intimiste, mais non moins historique : la rencontre entre les représentants du Master 2 et ceux du Master 1. Ecologie, industrie, prix des bières, aucun sujet n’a été laissé de côté.

16h45 : premières arrivées

Il est 16h45 (heure locale) lorsque la délégation d’Antoine Tignon arrive sur les lieux, un bar spécialement choisi par David pour l’occasion. Chaleureusement accueillis par le barman sur ses meilleurs tabourets, et après quelques photos accordées à la presse, les M2 ne tardent pas à s’installer, et en attendant leurs invités, débriefent sur les conclusions de l’affaire de l’oscillo-battante survenue quelques semaines auparavant.

Aux alentours de 17h, comme convenu, les membres du M1 arrivent sur les lieux, juste au moment de la commande des boissons. Si l’accueil des M2 est cordial, la tension est palpable. Antoine tente tant bien que mal de détendre l’atmosphère, et introduit sa délégation auprès de ses cadets. « Moi j’avais pas bien compris pourquoi on était là », déclare Bastien après coup. « En fait j’ai cru que c’était pour un règlement de compte. Si j’avais su qu’il y aurait pas de bagarre, je n’aurais peut-être pas pris ma batte de baseball ».

17h15 : débrief du sommet précédent

Une fois les présentations faites et les boissons servies, Antoine et Hugo ne tardent pas à entrer dans le vif du sujet, en résumant à leurs confrères et consœurs les faits abordés lors de leur précédente rencontre, le déjeuner Amina-Délégués.

La discussion s’emballe très vite, et les critiques fusent, de part et d’autre, envers certains des propos qui sont relayés. Alexandra, qui a manqué toute une journée de cours pour l’occasion, demande des explications quant au retard qu’ont eu les délégués pour leur retour en classe après ce déjeuner. Bastien exige de savoir si l’alcool au Restaurant Universitaire est bien uniquement réservé aux professeurs. Tom, membre des M1, s’interroge sur la véracité des propos qui lui ont été rapportés sur les M2 (« Vous aviez l’air d’être des monstres », répète-t-il à plusieurs reprises).

Les M2 sont hilares

17h30 : le sujet de la mafia bretonne

Alors que les plus téméraires entament leur deuxième tournée de boisson, le thème principal de cette rencontre est abordé : l’omniprésence de la communauté bretonne au sein du Master CNCM. Les avis sont partagés autour de la table, alors qu’une bonne partie des convives est issue de cette minorité ingouvernable. Le ton monte rapidement : les Angevins s’en prennent aux Rennais, les Rennais s’en prennent aux Costarmoricains, les Costarmoricains s’en prennent à tout le monde ; Laure arrache un pied de table pour s’en faire une arme ; David sort des kouign-amann de ses poches et s’apprête à les lancer ; Antoine, dans son coin, actualise la page Google Analytics de cncm2022.

Les bretons font l’objet d’un meme

Heureusement, le conflit est interrompu par l’arrivée de Maxime Le Blanc, retenu jusqu’ici par une conférence sur les couteaux-suisse, qui parvient à apaiser les tensions en faisant remarquer aux protagonistes que leurs verres sont vides. Très vite, lui et Hugo, tous deux issus de la même formation, se remémore leurs bons souvenirs de licence dans une discussion endiablée. « J’étais un peu jaloux au début », admet Ugo. « Il n’avait d’yeux que pour le nouveau Hugo. Qu’est-ce qu’il a de plus que moi, à part son H ? ».

18h : la bière de trop pour Antoine

Alors que la nuit s’est tranquillement installée au dehors, les propos confus d’Antoine, qui n’a de cesse d’invoquer « le Grinch », poussent ses camarades à écourter la discussion. Ce n’est pas un secret, le débat fût arrosé ; et la deuxième bière semble bien être la bière de trop pour Antoine.

Thibaut, voyant son délégué dans un si piteux état, décide alors de prendre les choses en main, et enjoint Antoine à regagner son domicile en lui rappelant que son projet de PHP n’est pas tout à fait terminé. Marmonnant au sujet de lasagnes et de films Marvel, Antoine, convaincu, décide finalement de quitter les lieux. David, volontaire pour le raccompagner, prend alors lui aussi congé de ses pairs. Main dans la main, le délégué et son fidèle écuyer s’enfoncent alors dans la noirceur des rues angevines, quittant prématurément une rencontre loin d’être terminée.

18h30 : le reste des sujets

Débarrassée d’un poids, la réunion prend alors une toute autre tournure, et l’ambiance semble s’apaiser. Divers sujets viennent alors sur la table, que les membres restants autour de la table étudient avec le plus vif intérêt : qui a trouvé un stage ? La formation répond-t-elle aux attentes des élèves ? Ugo est-il vraiment si mauvais à FIFA ? Pourquoi les M1 ont-ils droit à des chaises si confortables ?

Les discussions furent animées jusqu’au bout, Tom proposant même de poursuivre cette réunion à La Chapelle. Finalement, les protagonistes se quittent peu après 20h, non sans s’être chaleureusement salués. Finalement, cette rencontre au sommet aura été riche d’enseignement pour tout le monde, et restera, à n’en pas douter, dans les mémoires de chaque angevin.

20h30 : les réactions à chaud

La réunion achevée, l’ambiance était à la fête, partout en ville, et toute la nuit les rues d’Angers ont résonné des chants et des cris de joie d’une foule venue célébrer ce morceau d’histoire. Encore sous le coup de l’émotion, certains des élèves présents ont accepté de nous livrer leur ressenti de cette soirée.

« C’était mémorable » , nous dit Thibaut. « Je crois qu’après avoir vu ça, on peut mourir tranquille. Enfin, le plus tard possible, mais on peut ! » . Alexandra, elle, nous confie que « c’était bien », et donne rendez-vous à ses collègues dès 8h20 le lendemain (N.D.L.R : elle arrivera finalement à 8h45). Laure, pour sa part, nous avoue être agréablement surprise : « Au final, j’ai passé un assez bon moment, et les M2 sont parfois un peu intéressants. Comme quoi, il ne faut jamais juger un livre à sa couverture » . Bastien, de son côté, a passé « une très bonne soirée », même s’il regrette « le faible niveau » de ses pairs au jeu des chaises musicales.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez votre amour !

6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Incroyable ! La rencontre a été retranscrit avec une telle véracité que j’aurai presque cru revivre cette merveilleuse soirée.
    Bien qu’il manque quelques éléments tels que le sulfureux pole dance de Bastien aux alentours de 19h15.