Fenêtre oscillo-battante : le cours vire au drame

Une fenêtre oscillo-battante a manqué de peu de se détacher de son cadre en pleine classe. L’incident est survenu en salle E201 ce lundi 11 octobre, alors que les M2 CNCM se trouvaient en cours.

« On s’est fait très peur »

« J’ai entendu comme un gros « crac », et puis j’ai vu la fenêtre basculer vers moi », témoigne Bastien, après avoir failli se faire écraser par une fenêtre oscillo-battante en plein cours de Gestion de projets numériques. Ce lundi après-midi, après des parties endiablées de babyfoot durant la pause, la température corporelle des étudiants est à son comble. Alors que l’atmosphère devient suffocante, Antoine Tignon, délégué de la promotion, décide de prendre les choses en main et d’ouvrir la fenêtre située dans son dos.

Grave erreur : il aurait alors « trop forcé sur la poignée de la fenêtre et l’a tournée à son maximum », d’après ses propres paroles. S’agissant d’une fenêtre oscillo-battante, elle s’ouvre aussi bien sur l’axe vertical qu’horizontal. A cet instant, elle menace à tout moment de tomber sur le pauvre Bastien, et il est alors impossible pour l’un ou l’autre des étudiants de la refermer. Bastien voit alors défiler sa vie devant ses yeux. « Sur ce coup-là, on s’est fait très peur », admettent Bastien et Antoine.

Meme réalisé par Adrien sur le moment

Laurent au secours des élèves

Voyant l’étudiant en péril et Antoine en difficulté pour refermer cette dernière, Mr Neysensas, l’enseignant, s’est précipité pour aller les aider. Mais son diagnostic fut évident : impossible de réparer une fenêtre oscillo-battante. « Je me voyais déjà faire fonctionner ma responsabilité civile » pour payer la réparation de la fenêtre, nous confie Antoine. Heureusement, Laurent l’a vite rassuré en appelant le service de sécurité de l’UCO : l’homme au téléphone lui a répondu que ce n’était pas grave et qu’il passerait la réparer dans la soirée.

Ainsi, le lendemain matin des faits, les étudiants furent impatients de découvrir l’état de l’oscillo-battante. Mais ils n’étaient pas au bout de leurs surprises : du fait de l’extrême fraicheur dans la salle, le verdict était tombé : la personne de la sécurité avait simplement enfoncé et fermé la fenêtre par la force, laissant ainsi une énorme fente entre celle-ci et son rebord. Une terrible désillusion pour les élèves, surtout pour Bastien qui admet dans un soupir qu’il n’est, depuis cet évènement, « plus tranquille » lorsqu’il vient en cours.

Et après ?

Depuis lors, les élèves sont dans l’attente, et leurs interrogations se multiplient : la fenêtre sera-t-elle réparée ? L’oscillo-battance sera-elle toujours optimale ? Antoine et Bastien doivent-ils changer de place ? « On est dans l’attente, et on espère avoir des réponses rapides », conclue Antoine dans un soupir.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez votre amour !

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.