Antoine Tignon : portrait d’un (ré)élu

A l’occasion de sa réélection en tant que délégué pour la deuxième année consécutive, Antoine Tignon a accepté de nous accorder un entretien. Portrait d’un homme tiraillé entre sexe, religion et amour de sa patrie.

« Cette confiance, je l’ai méritée »

Bonjour Antoine, comment te sens-tu au lendemain de ta réélection au poste de délégué ?
Antoine Tignon :
Très bien ! Je suis ravi, et fier, que la classe de Master 2 Communication Numérique et Conception Multimédia (CNCM) ait renouvelé sa confiance en moi. J’espère que je serai à la hauteur de leurs attentes.

Mais tu étais le seul à te présenter …
A.T. : On retient ce qu’on veut, moi ce que je retiens c’est que le résultat de l’élection m’a désigné. Je pense que cette confiance, je l’ai méritée, tout d’abord par une expérience engrangée de par des stages, comme dans l’association Terre de liens, une association dans laquelle… (il s’éternise)

Tu as des projets pour cette année ?
A.T. :
J’ai toujours énormément de projets, mais dans l’ensemble ce qui m’importe surtout c’est le bien-être de la classe. Chaque élève ici est un peu comme mon enfant, et tout ce que je souhaite c’est qu’ils aillent tous bien, et que leurs études se passent du mieux possible.

Quel bilan tu retires de ton premier mandat ?
A.T. : Très positif ! Ce que je retiens avant tout, c’est les liens que nous avons pu tous créer, et nous avons pu rester soudés malgré la crise sanitaire et les cours en distanciel. Je me vois un peu comme Noé sauvant la population de son arche du déluge.

Antoine Tignon à l’aube de sa réélection

« J’ai le sentiment d’avoir fait mes preuves. »

Ressens-tu des changements par rapport à l’année dernière ?
A.T. : Hé bien, le présentiel, pour commencer (rires). Et puis, on sent que les professeurs n’ont pas la même approche, ils ont compris nos difficultés. C’est bien qu’ils prennent ça en compte. Surtout, je sens que l’admiration de la classe à mon égard s’est renforcée. J’ai le sentiment d’avoir fait mes preuves. C’est peut-être aussi dû à mes exploits au babyfoot.

A la fin de ce mandat, il faudra passer la main. Comment imagines-tu ton successeur ?
A.T. :
Qui que ce soit, ce ne sera pas facile. Je pense avoir placé la barre assez haute. Mais il est encore trop tôt pour y penser de mon côté. Les M1 ont déjà élu leur propre délégué, peut-être qu’elle sera elle aussi réélue. J’espère en tout cas qu’elle continuera dans la voie que j’ai ouverte.

Et la réaction d’Amina ?
A.T. : Je sais que ça va être un déchirement pour elle. Pour moi aussi d’ailleurs. Mais, c’est la vie, c’est comme ça, je n’ai pas vraiment le choix. Mon projet personnel m’empêche de continuer dans cette voie. J’espère qu’elle saura s’en remettre.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez votre amour !

Un commentaire

Laisser un commentaire